Les Parcelles

 

Aigle Royal

À Limoux, le Domaine de l’Aigle est un terroir d’altitude en Languedoc, où triomphent le Chardonnay et le Pinot noir. Au pied de la falaise aux aigles, la parcelle la plus haute du domaine culmine à 503 mètres. Courir sur cette pente, traquer la maturité et vendanger le Chardonnay et le Pinot Noir de l’Aigle Royal est un sacerdoce et un privilège. Gérard Bertrand a distingué les deux parcelles de l’Aigle Royal pour la fraîcheur minérale, salivante en bouche et la précision aromatique des vins qui en sont issus. En rouge comme en blanc, l’Aigle Royal délivre la quintessence de chaque cépage, Chardonnay et Pinot Noir. Objectivement, l'altitude affine le profil aromatique, allonge la structure, exalte l'acidité et la fraîcheur de la finale. Mais, bien au-delà, les deux parcelles d’altitude symbolisent un pont tendu entre le ciel et la terre, entre les idéaux, les rêves intangibles, et le travail précis qui permet de les réaliser... avant de les mettre en bouteilles !

Le Viala

La parcelle du Viala est située dans un univers de murets et capitelles en pierres sèches, paysage minervien par excellence, qui forme un causse en balcon sur la vallée de l’Aude. Toute l'âme de la Cella Vinaria antique est là, le long du chemin (celui du Viala, de via, la voie en latin) par lequel nous parvient sa mission à travers les siècles. Révélée à Gérard Bertrand par un rayon de soleil traversant le clocher de La Livinière, comme dessinée par un coup de pinceau lumineux un matin de la Saint-Jean, la parcelle du Viala invite les trois cépages de l’appellation Minervois La Livinière à 250 mètres d’altitude. Après avoir vu la parcelle en été, Gérard Bertrand en a isolé les jus. Il a alors été conquis par la perfection de l'alliance des trois cépages, chacun apportant sa personnalité à un zénith d’excellence qui culmine dans un accord complet entre la puissance du Grenache, la fraîcheur du Carignan et la rondeur de la Syrah. A l'arrivée, le Viala est le vin voluptueux des grands moments de la vie, des moments inoubliables, comme celui de la révélation de cette parcelle : « Il était sept heures du matin, au mois de mai, le soleil se levait et se devinait au travers de ce clocher en forme de minaret. La beauté sauvage du lieu, la magie de l’instant, la senteur enivrante du thym et du romarin, le souffle du vent marin m’ont relié à cette terre sacrée. Celle qui porte les hommes, bâtit les églises, nourrit ces ceps tortueux et apporte à ce vin un goût singulier. »

La Forge

La première des Parcelles est née à Villemajou. En 1998, Gérard Bertrand veut rendre hommage à son père, disparu depuis dix ans. Il se souvient de sa parcelle préférée à Villemajou. Celle, située sur une ancienne forge, qui abrite des ceps centenaires de Carignan et de vieilles Syrah. Lui reviennent en mémoire ses premières vendanges, quand, parcourant les rangs de La Forge avec son père, il en croquait les grains et s'émerveillait la qualité de peau et de tannins que l’âge des vignes confère à leurs raisins. Le vin produit à partir de cette parcelle sera exceptionnel. Mais, surtout, l'âme est là : ces souvenirs contiennent tout l'hommage que Gérard Bertrand veut rendre à la mémoire de son père, à sa quête d'excellence, à son attention aux mille et un détails, qu'il a depuis faites siennes. « La Forge c’est la véritable alchimie du raisin et du terroir et de tout ce que je sais aujourd’hui. Il ne ressemble à aucun autre et révèle la personnalité de Georges Bertrand », résume-t-il. La Forge est un vin de concentration, opulent et généreux. Sa matière ample et veloutée, riche de l’intense complexité des raisins issus de vignes centenaires exprime aussi la quintessence du cépage Carignan dans une fraîcheur qui sublime l’équilibre.

L'Hospitalitas

"Sine Vino Vana Hospitalitas" : sans vin, vaine est lʼhospitalité, dit la devise de l'Hospitalet. Pour que s'exprime l'âme du domaine, de sa mission comme de son terroir, Gérard Bertrand a choisi une parcelle de Syrah et de Mourvèdre qui regarde la mer. Au Moyen-Âge, elle hébergeait un lieu d’accueil pour les pèlerins, protégés du vent et du soleil par une falaise qui est aussi une la zone de contact entre deux terroirs de sols calcaires blanc et marneux rouge. La bâtisse qui servait d’abri n’est plus là, mais la vigne profite aujourd’hui de la combe magique et la parcelle n’en illustre que mieux la devise de l’Hospitalet. Dans cet écrin, la Syrah s’exprime différemment, avec un surcroît de fraîcheur. Entre terroir, histoire et culture, l’Hospitalitas contient en bouteille tout ce qui sublime l’Art de Vivre des Vins du Sud.